Présentation

Cette verrière retrace l’histoire légendaire de saint Eustache, telle qu’elle est contée par le chanoine Delaporte dans « Les Vitraux de la Cathédrale de Chartres » (ed. Houvet 1926). Cette histoire, qui a pu voir le jour autour du IIIe siècle, est apparue sous la plume de Jean Damascène en 726 et fut connue en Occident à la fin du IXe siècle grâce à des traductions latines.

Cette légende prend un nouvel essor lorsque, au XIIe siècle, on transfère des reliques supposées de ce saint de Rome à Saint-Denis et lorsqu'en 1223 on procède à sa translation dans une nouvelle châsse.

A cet essor participent avec éclat les vitraux, dont celui de Chartres.

Eustache n’apparaît jamais nimbé dans cette verrière, sans doute parce qu’il est un laïc, un chasseur et un homme marié. Il accèdera à la sainteté par la constance de sa foi dans les épreuves que Dieu va lui envoyer, à l’image de Job dans l’Ancien Testament.

Les chevaliers du Moyen-Âge se reconnaîtront volontiers dans la figure de ce saint lorsqu’ils endureront des épreuves en partant en Croisade.

Ce vitrail est l’un des plus remarquables de la cathédrale par la finesse de ses dessins, la richesse de ses ornements et par ses coloris particuliers : le jaune, le rose, le vert clair et le blanc. On parle à Chartres du « Maître de saint Eustache ».