Présentation

Ce vitrail, qui date du XIIIe siècle comme la plupart des verrières chartraines, est situé dans le transept sud. Il se compose de deux parties : l'histoire de saint Apollinaire, considéré comme le premier évêque de Ravenne et, dans les médaillons supérieurs, la représentation de la hiérarchie des anges. Cette verrière présente plusieurs particularités.
Tout d'abord, les deux registres inférieurs ont été détruits en 1328 à l'initiative du chanoine Guillaume Thierry qui, ayant fait ériger un autel contre un pilier proche, souhaita laisser le souvenir de sa piété et de sa générosité. On posa des médaillons, évoquant la donation, qui montrent des personnages traités en grisaille avec des rehauts de jaune d'argent. C'était, croit-on, le premier emploi dans un vitrail de ce nouveau procédé qui permettait de peindre en jaune des pièces de verre, auparavant teintées dans la masse.
Ensuite, la représentation de la hiérarchie des anges, divisée en neuf choeurs, est d'inspiration byzantine. Dans la théologie chrétienne et dans certaines religions anciennes, les anges, dont le nom signifie "messager", sont des êtres célestes mystérieux, intermédiaires entre Dieu et les hommes ; selon cette tradition, leur hiérarchie s'échelonne sur trois triades qui font l'objet des trois registres supérieurs de cette verrière. Cette classification symbolique, proposée par le philosophe grec Denys « l’Aréopagite », est extrêmement rare dans l'iconographie. On peut la voir une seconde fois dans la statuaire du portail sud et, hors de Chartres, à la cathédrale de Bordeaux, sculptée elle aussi,au portail sud.