Introduction

Ce vitrail du transept sud est venu remplacer, en 1954, une verrière du XIIIe siècle qui illustrait la vie de saint Blaise. Elle fut détruite en 1791 et sa fenêtre murée, car le clergé souhaitait poser, à cet endroit, un autel surmonté d’un retable. Afin d’éclairer ces transformations, le vitrail situé en face fut également supprimé, remplacé par du verre blanc puis, plus tard, par une grisaille rehaussée de jaune d’argent. La verrière actuelle, qu’assombrit un contrefort, est ainsi éclairée illogiquement de l’intérieur, par la baie opposée, ce qui nuit à la lisibilité de l’ensemble.

Le thème du vitrail fut choisi par le chanoine Yves Delaporte, et l’exécution fut confiée au maître verrier renommé François Lorin. Celui-ci tint à rester fidèle aux coloris des verres du XIIIè siècle et il obtint ainsi une verrière qui s’intègre parfaitement dans l’ensemble des vitraux de la cathédrale. Ce n’est qu’à l’observation et à la lecture que l’on peut découvrir une différence de facture par rapport au style médiéval, ainsi que le modernisme de certains détails.

Le vitrail retrace les principaux aspects de la vie de Fulbert, évêque de Chartres au XIe siècle, telle qu’on pensait la connaître en 1954. Depuis, certains éléments nouveaux sont venus modifier ce que l’on tenait pour vrai à l’époque.

En 1954, l’Institut des Architectes Américains, conseillé par l’architecte chartrain de renom Jean Maunoury (+1959), proposa d’offrir un vitrail à la cathédrale ; la baie vide du transept sud fut l’emplacement choisi.