Présentation

Vers 1792, le vitrail de cette baie, située dans le transept nord, fut détruit ; il datait sans doute du XIVe siècle et son sujet en est mal connu. Devant la fenêtre murée, on éleva le retable de la Transfiguration. En 1912, au cours de diverses restaurations, on ouvrit de nouveau la fenêtre et on y posa des verres incolores bordés de grisaille.

En 1971, après la tourmente de la deuxième guerre mondiale, l’association des Amis Allemands de la Cathédrale de Chartres décida d’offrir  un vitrail, en signe de foi et de paix, à cet édifice qu’elle considérait « image d’éternité». Ainsi étaient concrétisées les forces déployées dorénavant dans l’espoir d’unifier l’Europe.

La réalisation fut confiée au maître verrier François Lorin qui sut exprimer, dans un langage œcuménique, le symbolisme sacré de l’Alliance. La verrière, conçue sous une forme simple et moderne, s’intégra par ses coloris bleus, rouges et or à l’ensemble des vitraux du XIIIe siècle. Le décor du fond, assez dense, compense le faible nombre de médaillons ; ceux-ci sont formés de cercles axiaux qui, de bas en haut, conduisent le regard jusqu’à la main de Dieu au sommet. Dans les demi-cercles latéraux sont figurés des éléments bibliques en relation avec les sujets des cercles pleins, le thème dominant de l’ensemble étant le passage de la Première à la Deuxième Alliance.