Même s’il s’agit de montrer la supériorité d’un saint par rapport à la magie, on peut s’interroger sur les motivations du clergé chartrain à rappeler ce fait avec tant d’insistance au XIIIè siècle : en cette époque difficile où l’Eglise combat avec vigueur les hérésies qui fleurissent de toutes parts, cet épisode peut apparaître comme un rappel de la lutte menée contre le paganisme par l’Eglise dans ces premiers siècles où la résistance à l’évangélisation était très forte dans les campagnes. L’église est sortie victorieuse de sa lutte contre le paganisme, alors elle sortira victorieuse de la lutte contre les hérésies qui sera illustrée dans le vitrail voisin de saint Germain d’Auxerre.

Les deux verrières ont d’ailleurs été offertes par deux chanoines de la même famille.

Ce vitrail est situé dans le déambulatoire nord juste en face de celui de Notre Dame de la Belle Verrière au sud. On voit ainsi mis en opposition le culte païen de Diane et le culte chrétien de la Vierge à Chartres.

Le thème du pèlerinage est d’ailleurs largement mis en valeur dans cette verrière, dans le souci constant des chanoines de Chartres d’attirer les pèlerins dans la cathédrale.

Fin de l'introduction