2 - La charité de Martin - Le militaire
Sulpice Sévère raconte : Alors que Martin est en garnison à Amiens, à la porte de la cité, il voit un pauvre qui n’avait rien sur lui alors qu’il fait grand froid. Le jeune officier partage sa chlamyde (manteau militaire) en deux, lui en donne une moitié et se drape dans l’autre.
Ce geste restera célèbre sous le nom de « charité de saint Martin » et il est traditionnellement représenté dans l’iconographie.
Dès cette scène, alors qu’il n’est que catéchumène, Martin est déjà nimbé. Sa vie va basculer. Plein de compassion, il se retourne pour regarder ce pauvre, vêtu seulement de ses braies et qui tient un pan du manteau que son bienfaiteur vient de couper avec son épée. Celle-ci est encore levée, le fourreau pend vide au flanc du cheval. Ainsi, avant d’avoir reçu le baptême, Martin vit déjà selon l’Evangile.