7 - Confrontation entre Thomas Becket et Henri II
Le roi avait pensé trouver un allié en Thomas Becket pour l’aider dans sa mainmise sur l’Eglise et non pas l’adversaire résolu qu’il est devenu. Le roi est irrité et, en 1164, impose donc « les constitutions de Clarendon » auxquelles Thomas Becket refusera de souscrire car l’Eglise voit ses biens confisqués et son autorité abolie.
Le prélat, accompagné d’un clerc, se dirige vers le souverain dont la supériorité s’affirme par sa position en hauteur sur le trône. Derrière lui, un diablotin lui susurre à l’oreille les décisions à prendre.
C’est la façon habituelle, dans l’iconographie, d’affirmer que le diable, par ses mauvais conseils, inspire aux hommes leurs mauvaises actions.