11 - Le faux serment
L’emprunteur, convoqué devant le juge par le banquier juif qui réclame son dû, s’appuie sur un bâton creux dans lequel il a caché le montant de sa dette. Avant de prêter serment, il confie le bâton au juif et peut ainsi jurer devant l’image de saint Nicolas qu’il a bien rendu l’argent. Puis il reprend son bâton au prêteur qui ne se doute pas de la supercherie.

Le banquier trône, la main sur la cuisse en signe de puissance ; l’emprunteur a les bras qui se croisent en signe de mensonge.