Les vitraux de la face nord du transept sont l’un des trois ensembles somptueux que possède la cathédrale. Chacun de ces ensembles est composé de grandes lancettes que domine une rose. La forme circulaire des roses (ou rosaces, terme moins évocateur), très symbolique, est image d’éternité car le cercle ne comporte ni commencement, ni fin. Les roses prennent souvent l’apparence d’une roue, illustration du cycle de la vie, dont les jours successifs, heureux ou malheureux, aboutissent inéluctablement à la mort.
Cet ensemble est le plus récent des trois. Il fut offert, vers 1233, par Blanche de Castille, alors régente du royaume, mère du futur saint Louis. Les armes de France rutilent, lys d’or sur fond d’azur, à la base de la lancette centrale et dans les petits quadrilobes de la rose ; elles voisinent avec les armes de Castille, châteaux d’or à trois tours sur fond de gueules (rouge) dans les petits écoinçons situés de part et d’autre à la base de la rose. Elles ont valu également à la rose nord, nommée « Rose de la gloire de Marie », l’appellation de « Rose de France ».
Vue de l’extérieur, elle semble une dentelle de pierre et témoigne de la hardiesse des bâtisseurs, tant le remplage de pierre s’est affiné, au profit de l’emploi du verre, par rapport aux roses primitives. Contemplée de l’intérieur, elle prend vie, dans un mélange de bleus et de rouges qui produisent une éblouissante tonalité violacée, qu’il faut découvrir lorsque le soleil couchant vient caresser le transept.

suite et fin