<

Les imagiers occidentaux n'ont pas négligé une légende si riche en péripéties dramatiques. L’histoire de Pantaléon ici racontée est l’histoire d’un saint qui subit toute une série de tortures : malgré une grande douleur physique, toutes restent sans effet. A chaque supplice, le ciel vient à son secours, prouvant ainsi la supériorité du vrai Dieu sur les dieux des païens. Pantaléon sera décapité, ce qui mettra fin à ses supplices.

Le saint apparaît comme un héros seul face à une autorité entourée d’exécutants. D’ailleurs, comme un leitmotiv avant chaque épreuve et tout au long de la progression du récit, Maximien, image du pouvoir, convoque le saint et lui impose son autorité.
Saint Pantaléon, médecin et martyr, serait né à Nicomédie en Asie Mineure vers la fin du IIIè siècle. Il était le fils d’Eubule une chrétienne, et d’Eustorge, un riche païen. Sa mère l’éleva dans la foi chrétienne, mais elle mourut alors qu’il était très jeune. Pantaléon n’était pas encore baptisé.

Sur un fond de couleurs à dominante bleue, les médaillons de ce vitrail sont disposés en forme de grandes croix centrales séparées par des demi-cercles latéraux. Avec celui de saint Chéron également d’une très belle tonalité bleue, ces deux vitraux encadrent celui de saint Etienne qui est le seul dans la cathédrale à couleur dominante rouge et l’effet qui en résulte est assez remarquable.

Fin de l'introduction