8 - Il est brûlé vif
Pour éviter qu’il ne fasse des adeptes, il est condamné à être brûlé vif, « Près du bûcher, Théodore se dévêtit et, après avoir prié Dieu, se livra au feu. Les flammes l'entourèrent sans le toucher, en formant autour de son corps une sorte d'arc de triomphe, et c'est en rendant grâce que Saint Théodore remit alors son âme à Dieu.»
Le saint est assis, pieds et poings liés, sur le bûcher et un bourreau l’y maintient avec une fourche. Ses mains sont jointes pour une dernière prière. Une main divine perce la nuée. Un personnage assiste au supplice, sans doute Cléonice, compagnon de Théodore, dont la présence au lieu du supplice est mentionnée dans la Passion .
Celui dont le chemin de sainteté a commencé par les flammes expire dans les flammes.