Présentation des verrières des côtés du choeur

Les vitraux qui éclairent le chœur, du côté nord et du côté sud, sont composés de deux lancettes surmontées d'une rose.

Si les verrières de l’abside ont été offertes par « ceux qui travaillent », celles-ci l’ont été essentiellement par « ceux qui combattent » et « ceux qui prient », reflétant bien la division tripartite de la société féodale.

Sur les roses sont représentés des chevaliers tournés vers Marie au centre de l’abside, ce qui était, dans ce lieu sacré, très novateur. La théologie mariale de l’abside se continue : Marie, image mystique de l’Eglise, est accompagnée de ceux qui se sont posés en défenseurs de l’Eglise.
Ces chevaliers sont issus soit de la famille royale (dont faisait partie l’évêque du lieu, Regnault de Mouçon) et sa branche castillane qui s’illustra dans la lutte contre les « infidèles », soit des seigneurs du diocèse de Chartres (très étendu à l'époque) et proches de la famille royale, qui participèrent à la croisade contre les Albigeois. Ainsi sont rappelés les deux dangers qui menaçaient alors l’Eglise, les hérétiques et les infidèles.

Dans les lancettes, on a souvent représenté des saints ayant embrassé la carrière militaire ou des martyrs, comme pour rappeler que ceux qui combattent pour défendre la foi chrétienne sont assimilés à des martyrs. Certaines scènes de martyre qui ont été choisies témoignent des grandes peurs qui étreignaient des croisés au moment de partir.

Suite